ReCube, l’économie circulaire dans les pays émergents

 

Recube, c’est deux deux jeunes diplômés qui sont partis vivre 10 mois en immersion sur 3 continents différents pour rencontrer des acteurs de l’économie circulaire. Love Your Waste participe à développer l’économie circulaire en France. Découvrez ceux qui la développe dans leur pays. A nous tous, nous créons le monde durable de demain.

 

Antoine et Thomas de Recube

 

Antoine et Thomas ont travaillé avec 20 entrepreneurs de l’économie circulaire pour mesurer l’impact qu’ils ont sur la société et l’environnement à l’aide d’une méthodologie spécifique qu’ils ont développés avec l’appui du réseau MakeSense.

Pourquoi mesurer l’impact d’un projet ? Les effets d’une activité sont nombreux et peuvent être positifs (création d’emplois, diminution de la pollution…)  ou négatifs (appauvrissement des sols, précarisation des salariés…).  

Pendant la préparation du projet, les deux voyageurs ont eu la chance de rencontrer de nombreux entrepreneurs de l’économie circulaire. Ce sont des gens parfois écologistes convaincus, souvent passionnés par ce qu’ils font, et toujours très très occupés. Ils n’ont généralement ni le temps, ni les moyens financiers de se poser, de dire stop et prendre du recul pour mesurer l’impact de leur activité.  

Et pourtant, il s’agit d’un élément essentiel pour convaincre des partenaires financiers, se différencier de ses concurrents voire ensuite chercher à maximiser son impact ! C’est là qu’Antoine et Thomas interviennent en mesurant avec eux les principaux impacts positifs liés à l’adoption d’une démarche circulaire.

 

3 projets qui nous plu à Love Your Waste :

 

  • KiliManjaro

Projet Kilimanjaro de Recube

 

Après 10 ans de marketing et de services commerciaux chez Unilever puis Savola, le marcocain Youssef Chaqor s’appuie sur sa connaissance du marché mondial des corps gras et son expérience pour lancer Kilimanjaro Environnement (KE) en 2008. Le concept : organiser le premier service africain de collecte des huiles usagés à grande échelle, auprès de restaurateurs et industriels, afin de les transformer en biocarburants ou de les revendre. L’accès difficile aux capitaux marocains pousse Youssef à faire le choix de l’auto- financement. L’entrepreneur réalise des prestations de conseil pendant les deux premières années d’existence de KE afin de financer les investissements initiaux. La collecte est effective depuis maintenant 5 ans et la croissance de l’entreprise vertigineuse.

>> consulter l’impact du projet

 

  • Aveo Énergie

Projet Aveo de recube

 

PGS Invest, fond d’investissement marocain, rachète une usine d’huile de grignon à Meknès en liquidation. Cette usine récupère les noyaux et la pulpe d’olives de producteurs d’huile pour en extraire chimiquement une huile d’olive de seconde qualité. Un des gérants de PGS Invest a l’idée d’utiliser la matière solide non valorisée en sortie comme combustible pour la chaudière de son hammam. L’expérience est un succès et ils décident de proposer ce combustible biosourcé pour chauffer des hôtels ou alimenter des chaudières industrielles en créant la société Aveo Energie (AE), aujourd’hui leader des solutions énergétiques biomasse au Maroc.

>> consulter l’impact du projet

 

  • Sogas

Projet Sogas de Recube

 

La Société de Gestion des Abattoirs du Sénégal (SOGAS) a été créée afin de professionnaliser la gestion des abattoirs et lutter à grande échelle contre l’abattage clandestin qui représente plus de 40% du marché de la viande au Sénégal. La gestion des énormes quantités de déchets de l’unité de transformation SOGAS de Dakar est une véritable problématiquesanitaireetenvironnementalequele biogaz peut aider à résoudre. En 2011, à la demande de la SOGAS Dakar et avec l’aide des Pays-Bas et de la Belgique, l’entreprise Thecogas réalise la plus grande unité de méthanisation industrielle de la région.

>> consulter l’impact du projet

 

Découvrir l’ensemble des 20 merveilleux projets : http://www.recube.fr

Découvrir les reportages : https://vimeo.com/recube/videos

 

A lire également :