Juliette Franquet nous parle sur RTL !

Flavie Flament nous propose une émission de radio sur” Apprendre aux enfant à moins (ou ne plus) gaspiller est la meilleure façon de leur faire prendre conscience des enjeux écologiques, éthiques et économiques”. Avec comme invités Juliette Franquet, la co-fondatrice de Love Your Waste, et deux autres personnalités, cette chronique nous aide à appréhender les enjeux du développement durable à travers le regard des enfants.

 

Juliette Franquet, co-fondatrice et directrice général de Love Your Waste

 

Comment éduquer nos enfants à ne pas gaspiller?

Dans son émission radio “On est fait pour s’entendre!”, Flavie Flament regroupe trois invités de taille autour de la table :

  1. 1. Juliette Franquet, la co-fondatrice et directrice générale de Love Your Waste
  2. 2. Marie Cochard, journaliste et blogueuse de la “cabane anti-gaspi”, qui a écrit également plusieurs ouvrages comme “Notre aventure sans frigo”
  3. 3. Merlin, le fil de Marie Cochard, prêt à partager son expérience du quotidien

“Et si c’était les enfants, en réalité, qui nous donnaient des leçons?”

La chronique commence par un chiffre que nous connaissons bien chez Love Your Waste, 20 kilos de déchets alimentaires par personne par an dont 7 kilos de déchets non consommés (encore emballés)… de quoi faire réfléchir! Mais comment y remédier? La solution ne se trouverait-elle pas dans l’éducation de nos enfants? Flavie Flament n’hésite pas à nous le dire : “Et si c’était les enfants, en réalité, qui nous donnaient des leçons?”

Juliette Franquet sur le plateau de l’émission « On est fait pour s’entendre »

Merlin, qui a 7 ans et est en CE1, nous parle de l’école et du gâchis alimentaire fait tous les jours à la cantine. D’ailleurs, pour lui, son moment préféré c’est les vacances mais surtout “parce qu’on gaspille moins!”. Sa mère en témoigne, ils n’ont pas de frigo à la maison pour éviter d’acheter en trop grosse quantité, ils réutilisent les épluchures de légumes pour en faire des bouillons ou des chips, les épluchures d’agrumes pour en faire des allumes-feux ou des tisanes… bref, ce sont des as de l’économie circulaire!

 

“Un enfant sensibilisé, qui a compris le message, est le meilleur ambassadeur possible auprès de sa famille et de son entourage”.

Juliette soutient bien évidemment ce discours et précise que tout le monde a une responsabilité dans le gaspillage alimentaire et qu’il est important d’expliquer aux enfants le cheminement de l’aliment jusqu’à l’assiette. En sensibilisant d’abord les enfants, les parents seront forcément à leur tour sensibilisés. La difficulté est qu’il faut être très concrets, très précis, informer sur la route de l’aliment jusqu’à l’assiette : “un aliment n’arrive pas dans l’assiette tout seul, il est cultivé par Monsieur X puis c’est Madame Y qui se lève tous les matins à 6h pour couper les radis qui se trouve dans ton assiette”.

 

Chez Love Your Waste, on s’attache également à donner des messages très concrets : 50 tonnes de déchets sont récupérés chez nous chaque mois, soit assez d’énergie pour chauffer une douche pendant 80 ans et faire de l’engrais pour une surface équivalente à 15 terrains de football : un message facile à transmettre à nos enfants!

 

D’ailleurs Juliette nous le redit : “un enfant sensibilisé, qui a compris le message, est le meilleur ambassadeur possible auprès de sa famille et de son entourage”.

 

La cabane anti-gaspi, le blog de Marie Cochard

Marie Cochard, elle, agit notamment directement à travers l’éducation de ses enfants. Elle les emmène au marché, à la cueillette, au “vrac-mobile” avec leur bocaux et saladiers pour récupérer directement des produits en vrac. Le week-end, c’est des activités de cuisine : ils font leurs pots de sauce tomate, leur confiture,…

 

“Rendre les enfants acteurs et aussi les rendre positifs”

Tout le monde s’accorde sur le fait qu’il faut intégrer les enfants dans cette lutte, les rendre acteurs. Au lieu de leur faire un long discours, le meilleur moyen est de leur “mettre la main à la pâte”, qu’il le fasse eux-mêmes, qu’ils gouttent pour mieux intégrer toutes les astuces, conseils pour une alimentation plus durable, plus saine et avec moins de gaspillage.

 

Juliette précise l’importance de sensibiliser positivement à travers des activités ludiques, des jeux pour mieux retenir, le besoin de les “les rendre acteurs et aussi les rendre positifs”.

 

Pour Marie, éviter le gaspillage alimentaire s’inscrit dans une démarche plus large d’économie circulaire, de donner une seconde vie aux objets autant qu’aux aliments. Il est possible de faire du spray nettoyant et dégraissant à base d’épluchures d’agrumes, de vinaigre et d’eau! Merlin ré-utilise aussi régulièrement les bidons de lessive pour construire des maisons pour ses jouets.

 

“Petit à petit, l’oiseau fait son nid”

Et ce n’est qu’un premier pas, à travers toutes ces démarches, il est clair que les enfants pourront relier plein de sujets comme le gaspillage, le recyclage et créer du lien social, “donner de la valeur à tout et à tous”.

 

“Les enfants doivent être sensiblisés au gaspillage mais également les cantines” : un des chantiers également de Love Your Waste qui essaie de transmettre l’envie de gaspiller moins, de compenser la quantité achetée jetée quotidiennement par des économies financières de taille ! Pour Juliette, les petites actions régulières comme installer des bar à soupes, servir moins, proposer le pain à la fin de la chaîne de cantine, ce seront ces actions qui finiront par faire la différence : “Petit à petit, l’oiseau fait son nid”.

 

C’est avec une ouverture sur la surabondance alimentaire ou la surconsommation des aliments que Marie termine cette émission très enrichissante, tant sur les enjeux écologiques que sociaux.

 

Pour en savoir plus :

Comment éduquer nos enfants à ne pas gaspiller ? 

La cabane anti-gaspi

Et si vous voulez voir la vidéo ! 

 

 

Pour en savoir plus sur Love Your Waste et ses actualités…

Sortie du livre « Les épluchures » de Marie Cochard aux éditions Eyrolles

Et si on réinvestissait les milliers d’euros de pertes et de gaspillage alimentaire dans des projets sociaux et environnementaux?

« Notre capacité collective à remettre en cause des acquis et s’interroger sur nos pratiques quotidiennes a été une force »