Et le biométhane, ça avance?

En France, la filière du biogaz se développe progressivement à un rythme soutenu. Un petit zoom sur les perspectives…

 

Méthaniseurs et production de biométhane

 

Le biométhane est appelé à un bel avenir. Aujourd’hui dans les objectifs du Ministère de la transition écologique et solidaire, il est de plus en plus considéré comme un atout majeur dans la transition énergétique. A travers la collecte et le tri des biodéchets, Love Your Waste est acteur de cette filière pour approvisionner les unités de biodéchets bien triés et à fort potentiel métanogène. D’ailleurs, depuis 4 ans, nous avons collecté plus de 500 tonnes de biodéchets avec une progression exponentielle. Nous avons actuellement un rythme autour de 650 tonnes sur une année.

Depuis l’année passée, les projets de création de méthaniseurs et d’infrastructures d’injection de biogaz voient le jour. Pour 2018, au compteur du premier trimestre on peut déjà mettre en lumière une nette progression de +14% dans la capacité totale d’injection (en comparaison avec 2017).

L’objectif à 2030 est clair : 30% de biométhane dans le réseau est possible. D’ailleurs, près de 400 nouveaux projets sont en attente et devraient être opérationnels d’ici 2 à 5 ans.

 

Parmis les projets qui se concrétisent, le secrétaire d’Etat français à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, a inauguré le 31 mai une centrale de biométhane destinée à produire 35% de la consommation en gaz renouvelable de la ville. Cette centrale se situe dans le Finistère et va en plus permettre de générer de l’emploi dans la région. C’est une première en Bretagne, non seulement le projet en lui-même mais également car le biométhane sera directement injecté dans le réseau de transport de gaz GRTgaz.

 

image du cycle de tri

Le cycle de la valorisation des déchets chez Love Your Waste

 

Sur une année, la production de biométhane est équivalente à la consommation de gaz de 6100 personnes, soit la population de Châteaulin dans le Finistère. Cette production valorise 30.000 tonnes de déchets organiques par an, avec une grande quantité de lisier, de fumier et de déchets végétaux. Cette valorisation énergétique permettrait d’éviter 4060 tonnes d’émissions de CO2, soit l’équivalent des émissions de 2000 voitures sur une année. En plus de l’énergie produite, la méthanisation permet également de produire une fertilisant organique riche en azote appelé le digestat. Dans le cadre de cette centrale, le digestat sera épandu sur 2000 hectares des agriculteurs partenaires.

 

Dans tous les projets autour du biométhane, on peut en citer quelques uns : par exemple, dans l’Oise, les agriculteurs alimentent directement le méthaniseur avec leurs biodéchets pour permettre d’accroître leur revenu. Cette centrale est alimentée pour 20% par des cultures intermédiaires comme du maïs d’été ou du seigle d’hiver cultivés entre deux récoltes de blé et de betteraves, de colza et de tournesol.

 

Le biogaz à Gaillon

 

 

 

Si vous voulez en savoir plus sur les actualités de Love Your Waste :

Le bioGNV et la mobilité durable

Biodéchets : petites actions, grands bénéfices pour la société 

Nouvelles obligations de tri, de collecte et de valorisation des biodéchets