Actualités

Zoom sur le lycée Boulloche

 Lycée André Boulloche

Zoom sur le Lycée Boulloche

Situé à Livry-Gargan, le lycée Boulloche est un des tous premiers partenaires de Love your waste et le premier lycée à mettre en place notre solution. Véritable foyer d’esprits agiles, nous revenons sur ses accomplissements environnementaux et pédagogiques

 

 

La valorisation des biodéchets fut lancé avec le lycée le 2016. Bénénficiant d’éco-délégués, les thématiques du Développement Durable étaient déjà profondément ancrées au sein de la culture du Lycée. Ce fut un terreau particulièrement fertile pour Love your waste qui a pu vulgariser plus avant les concepts de création d’énergie verte et d’anti-gaspi que les étudiants appliquaient déjà tous les jours.

 

 

En 2016, grâce à ses initiatives environnementales, le lycée est gratifié du label E3D de niveau 2 qui récompense non seulement les avancées technologiques du lycée mais également récompense l’approfondissement de ces initatives au cours de l’année passée. Véritable témoin du succès de leur politique environnementale et de l’implication des élèves, le lycée avait déjà de quoi bomber le torse

 

Présentation par les élèves des actions phares du lycée

Présentation par les élèves des actions phares du lycée

 

 

Ravis de collaborer avec des éco-élèves convaincus, Love your waste a eu le plaisir de les associer à differentes nouvelles activités comme par exemple la visite d’une usine de méthanisation. Toujours dans l’objectif d’aller plus loin, des élèves de la classe de seconde 8 ont réalisé l’an dernier, accompagnés par l’association Fréquence School, un docu-fiction présentant les actions mises en place au lycée pour améliorer la gestion des déchets dans le cadre du projet « le climat c’est chez moi ».

 

 

La vidéo est top ! Félicitations aux lycées d’André Boulloche, de futurs éco-citoyens convaincus et convaincants !

 

 

La page du Lycée Boulloche ici

Le portail de l’éducation au développement durable du lycée ici

 

Découvrez plus d’articles et de portraits sur notre blog :

  • – les écoliers waste lovers du 9ème ici
  • – le collège Gauguin et l’école Bruxelles reçoivent le label E3D ici
  • – l’importance de fédérer pour moins gaspiller ici

Le Figaro parle de nous

http://www.loveyourwaste.com/lefigaro-parle-de-nous/

Love your waste à l’honneur dans le Figaro.fr

Il y a trois jours, c’est le Figaro, épaulé de OneHeart – La plateforme de la #solidarité qui médiatise initiatives, innovations & actions responsables – qui est venu s’intéresser au tri au sein du collège Flaubert dans le 13ème arrondissement de Paris

 

 

Cela fut une belle occasion pour revenir sur Love your waste, son histoire, son contexte et sa vision pour le futur. CEO de Love your waste, Juliette Franquet s’est prêté au jeu de l’interview durant la vidéo réalisée par OneHeart.

 

 

juliette

 

 

Mieux encore, l’article et la vidéo s’intéressent à la perception du tri, du gaspillage et de la valorisation des déchets alimentaires par les premiers concernés : les collègiens. Ainsi Julian, Adrien et Jiwad ont pu donner leur ressenti sur ces thématiques d’actualité. On vous invite vivement à aller voir ces supers article et vidéo !

 

 

les cito

Suite de l’article ici

Voir l’ensemble des retombées presse ici

 

Fédérer pour moins gaspiller

 

Le traitement des déchets organiques alimentaires, un sujet fédérateur

Cette semaine, Jérôme Perrin nous présente la situation actuelle relative au traitement des biodéchets, son analyse et ses attentes

 

 

Chaque année, chaque salarié français consommant son repas de midi dans une installation de restauration collective génère en moyenne 38 kg de déchets organiques alimentaires qui ne sont pratiquement pas valorisés du fait du mélange de ces bio-déchets avec les autres catégories de déchets papiers, métal, plastique, verre et bois

 

Diagramme présentant le recyclage du bois

Diagramme présentant le recyclage du bois

 

Un dispositif légal a été mis en place en 2011, avec des seuils d’application dégressifs dans le temps: depuis le 1er janvier 2016, toute structure professionnelle produisant plus de dix tonnes de déchets organiques alimentaires par an, soit la production moyenne de déchets d’une structure servant au moins 300 repas par jour pendant 250 jours, doit se mettre en conformité avec les dispositions de la loi et organiser le tri à la source, la collecte dédiée et la valorisation par retour à la terre et d’en fournir la preuve.

 

Diagramme présentant le recyclage du métal

Diagramme présentant le recyclage du métal

 

Né en 2014, Love Your Waste a mis concrètement en oeuvre cette filière depuis bientôt deux ans, et a apporté de nombreuses valeurs ajoutées à ses clients partenaires, qui ont accepté de s’insérer dans le cycle vertueux que nous proposons:

* retour sur investissement immédiat sous forme de réduction chiffrée du gaspillage alimentaire, qui permet de mieux gérer les budgets d’achats de denrées.

* résultats quantifiables de deux cycles d’économie circulaire avec la pesée systématique des déchets organiques alimentaires collectés et les indicateurs d’impact en termes de production de gaz de ville et d’engrais naturels. Du modèle linéaire de consummation habituel “extraire, produire, consommer, jeter”, on évolue vers un modèle en boucle.

* Valoriser ses déchets organiques alimentaires va bien au-delà du simple intérêt économique et écologique. D’abord parce qu’il est un moyen de fédérer les salaries autour d’un projet sur un sujet auquel tout le monde est sensible. La participation au challenge qui pourra accompagner ce projet n’en sera que plus forte. Ensuite, parce que la filière animée par Love Your Waste favorise la mise en situation de retour à l’emploi de chômeurs de longue durée en s’adossant à des structures d’insertion avec lesquelles elle suit l’indicateur d’impact de retour à l’emploi.

 

Diagramme présentant le recyclage d'un biodéchet

Diagramme présentant le recyclage d’un biodéchet

 

Le traitement des déchets organiques alimentaires va bien au-delà d’une poubelle “verte” (en l’occurrence, elle est brune, pour éviter tout risque de mélange après le tri à la source: il offre l’opportunité de nombreuses initiatives pour des projets et des challenges internes.

A lire aussi :

Les bidoéchets, de petites actions pour de grands résultats

Jérôme à l’Ordif

L’impact social, environnemental et économique de Love Your Waste

La méthanisation des biodéchets au Sénégal

Paroles de futurs adultes

 

Une journée au Plateau

le-plateau-société générale - les dunes

 

Depuis 2 mois, Love your waste est une des startups résidant au sein du Plateau Le Plateau, un espace créé par la Société Générale et dédié aux startups internes et externes.

Symbole d’un écosystème en construction entre entrepreneurs de startups et intrapreneurs du groupe Société Générale, le Plateau accompagne et héberge ces acteurs du changement dans un environnement innovant et met ses ressources à leur disposition.

 

Il nous tenait à coeur de vous présenter cet espace au travers de photos prises durant une journée type chez Love your waste avec une partie de l’équipe

love your waste

Tanguy, Juliette et Phuong posent pour la photo

 

 

www.loveyourwaste.com

Shérine prépare les collectes

 

 

www.loveyourwaste.com

Jérôme et Phuong travaillent sur quelque chose d’important

 

 

 

 

www.loveyourwaste.com

Grils power : Morgane, Phuong et Shérine

 

 

 

www.loveyourwaste.com

le « booth commercial »

 

 

 

 

Les Dunes 1008

 

 

 

 

 

www.loveyourwaste.com

Leeloo le robot, la mascotte de l’espace

 

 

 

 

www.loveyourwaste.com

Merci www.mai-lan.fr pour ce chef d’oeuvre qui retrace l’histoire de Love your waste

 

 

www.loveyourwaste.com

Les 3 cofondateurs sous le chef-d’oeuvre

 

Et passez un excellent weekend !

 

 

 

 

Fière d’être une entrepreneure

 

Juliette Franquet, CEO de Love your waste, a eu la chance de participer à une enquête sur les femmes dans l’entreprenariat social menée par Empow’her. Ce mois-ci, une rencontre a eut lieu au Conseil économique, social et environnemental (CESE) pour restituer les principaux résultats. Juliette y était et vous partage sa vision de des belles évolutions possibles de l’entreprenariat féminin.

 

 

 

Analyse Empow'her

chiffres clés de l’enquête empowerher sur les femmes dans l’entrepreunariat social

 

L’Économie Sociale et Solidaire est un secteur en plein expansion. On constate une augmentation de 24% de projets ESS depuis 2000. Nous sommes en train d’être témoins d’une véritable dynamique de création d’emplois au sein d’entreprises portant sur des impact social et/ou environnemental. Cela est une excellente nouvelle qui me rend très optimiste et fière de faire partie de ce mouvement.

 

Comme dans le monde du travail plus traditionnel, il est constaté que les femmes font face à plus de challenges que les hommes (du moins pour l’instant). Tout entrepreneur est confronté à des remises en question et de fréquents sauts dans l’inconnu, ces craintes sont souvent plus fortes chez les femmes.

 

Par exemple si 35% des hommes avouent manquer de confiance en eux, ce chiffre passe à 58% pour les femmes. D’une manière similaire, 33% des femmes ont peur de manquer de compétences au lancement de leur entreprise contre 14% des hommes.

Parallèlement à cela s’ajoutent des (habituelles) différences en terme de salaire (les femmes gagnent 20% de moins que leurs homologues masculins et seul un tiers des femmes dans le monde des startups ont des qualités de dirigeantes).

Ces chiffres font ressortir le sentiment d’un manque de légitimité au sein de la communauté féminine d’entrepreneurs. Le tableau pourrait sembler morose, néanmoins je reste confiante sur le long terme.

Je peux résumer ma pensée à la devise « show, don’t tell » : Fut un temps, créer une startup paraissait un pari téméraire, le succès mis en avant des startups en France comme à l’étranger a transformé l’entrepreneuriat en voie royale d’accomplissement de soi professionnellement et personnellement.

Sheryl Sandberg-thefamily

les entrepreneuses de Paris Pionnières rencontrent Sheryl Sandberg

 

C’est d’ailleurs au sein de notre incubateur Paris Pionnières (incubateur réservé aux startups ayant des femmes dans l’équipe dirigeante) que j’ai pu rencontrer et échanger avec nombre d’entrepreneuses, par exemple avec Sheryl Sandberg, symbole de cette génération d’entrepreneures qui est là non pas pour « casser » les codes mais les faire évoluer mais aussi avec l’eurodéputé Elena Centemero dans le cadre de sa mission pour renforcer le droit des femmes dans l’économie.

ElenaCentemero-parispionnieres

rencontre avec l’eurodéputé Elena Centemero

 

 

 

A lire aussi :

  1. Love Your Waste intègre l’incubateur Paris Pionnières :
  2. http://www.loveyourwaste.com/love-your-waste-integre-lincubateur-paris-pionnieres/

lien externe:

télécharger le rapport complet d’empower her ici : http://empow-her.com/resultats-enquete-womenact-femmes-lentrepreneuriat-social-france/

 

Un discours de Président

Vidéo de pitch passionnant et passionné

Nous vous parlions le mois dernier de l’intervention de Jérôme, président de Love your waste, durant une matinée technique organisée par l’Observatoire Régional des Déchets d’Ile de France (ORDIF).

En effet, les chantiers du Grand Paris vont progressivement s’ouvrir mettant la région face au défi de gérer 43 millions de tonnes supplémentaires de déchets pendant 10 ans. Au cours de cette réunion, l’ORDIF a présenté les derniers chiffres sur le traitement des déchets de chantiers, compilés grâce à la participation active des acteurs du secteur, en partenariat avec la Région Ile-de-France, la direction régionale de l’Ademe et la DRIEE.

En parallèle, cette matinée a été l’occasion de refaire un point d’étape sur le traitement des biodéchets en Ile-de-France, notamment à travers le développement progressif de la filière méthanisation que l’ORDIF suit dans le cadre du projet européen Horizon 2020 Bin2Grid.

A cette occasion, Jérôme présentait Love your waste, ses succès et sa pertinence dans ce secteur en construction. Nous vous invitons à voir l’exposé passionné et passionnant de Jérôme

A lire et regarder aussi :

Vidéos : présentation des activités anti-gaspi de Love your waste : https://www.youtube.com/watch?v=T0W74HOMfzg

                                                                                       

 

Parole de collecteur

Parole de collecteur : Reza

Vous n’êtes pas sans savoir que la collecte des biodéchets chez Love your waste est opérée par des structures d’insertion qui s’occupent de chômeurs de longue durée. C’était un vrai désir de l’équipe d’associer un volet social à l’action environnementale liée aux biodéchets et à la réduction du gaspillage. Nous vous présentons aujourd’hui un portrait de notre collecteur en chef : Reza

Love your waste - collecteur - ESS - Insertion

 

Bonjour Reza, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Reza, j’ai 51 ans, je suis né en Iran, j’ai vécu 20 ans en Hollande où je travaillais déjà en camion et je suis en France depuis quatre ans. J’ai quatre enfants et je suis le collecteur en chef au sein de Love your waste.

 

En quoi consiste ton travail chez Love your waste ?

Je fais la collecte des bacs remplis de biodéchets dans des restaurants collectifs.J’arrive chez un client, je gare le camion, je collecte le bac rempli et je remets un bac vide propre et je fais signer un bon de livraison. Ensuite je me rends chez le prochain client. Je m’arrange toujours pour être le plus rapide et efficace, le trafic pose parfois problème mais je sais m’adapter.

 

Quels sont les éléments que tu trouves intéressant dans ton travail ?

J’aime ce travail parce qu’il y a beaucoup de choses à faire ! Ce que j’aime surtout c’est que l’entreprise travaille avec les enfants. Quand ces enfants grandiront, ils auront appris beaucoup de choses grâce à Love your waste. On ne peut pas gaspiller la nourriture comme ça, surtout quand on sait que des gens ne peuvent pas manger. Parce qu’il y a des gens qui jettent beaucoup de nourriture dehors, mais ce n’est pas une bonne chose. Si les gens voyaient les déchets alimentaires qu’ils gaspillent, ils ne le feraient plus.

J’aime aussi l’équipe. J’ai de la chance d’être tombé avec de bonnes personnes. J’étais très content de travailler avec Love your waste parce que franchement ils sont très gentils.L’équipe fait bien son travail bien et ça me permet de me sentir bien dans mon métier.

En Hollande, je travaillais énormément et les tâches étaient vraiment très fatigantes, je me sens mieux maintenant !

 

Qu’est-ce qui te tient le plus à cœur dans ton travail ?

Pouvoir travailler dans une société où on me fait confiance, c’est une grande récompense et c’est le plus important pour moi. Les patrons me laissent mon autonomie et on me fait confiance quoiqu’il arrive. Ça coûte très cher la confiance. Si on m’accorde sa confiance, il faut que je la garde.

A l’âge de 7 ans, et je ne l’oublierai jamais, ma mère m’a dit « Si tu laisses les gens avoir confiance en toi alors tu atteindras le bonheur et tu seras tranquille » Sans confiance, on ne peut pas avancer. On reste toujours où on est et on reste bloqué. Avoir la confiance des gens avec qui je travaille, c’était mon rêve et ça l’est toujours, ça permet d’avancer.

 

Une prédiction pour Love your waste dans 10 ans ?

La société Love your waste aura grandi et avancera très vite parce que pour moi, le travail qu’on accompli, c’est bien. Même si ce n’est pas facile ce cœur de métier, que notre travail peut être dur, la société a besoin de ce type d’entreprise.

 

 

Merci beaucoup à Reza pour son témoignage, son implication et son travail toujours impeccable !

A regarder aussi :

Le mot du Président – Love your waste à l’ORDIF

Intervention devant l’Observatoire Régional des Déchets d’Ile de France (Mardi 10 janvier 2017)

Sans titre

 

Pour la première matinée technique organisée par l’ORDIF en 2017, Love Your Waste a été mise à l’honneur devant une centaine de professionnels (représentants de collectivités, de syndicats de collecte et de traitement de déchets, d’entreprise du secteur, …).


Nous avons pu présenter toutes les valeurs ajoutées du service apporté par LYW dans le tri, la réduction du gaspillage alimentaire, la mise en situation de retour à l’emploi des chômeurs de longue durée impliqués dans la collecte, la production d’énergies renouvelables (gaz de ville et GNV, bio-diesel, ) et d’engrais naturels.

20170110_ORDIF

 

Le public de professionnels a été particulièrement surpris par la densité de la carte des points de collecte, par la preuve donnée qu’il était possible de parvenir au zéro déchets et de produire des énergies renouvelables  dans un délai court.
Le bilan carbone  de LYW est nettement inférieur par rapport aux filières classiques. La marge de progression avec la perspective de mise en oeuvre du report modal en bord de Seine et le recours à la logistique de retour par péniche pour l’acheminement vers le site de méthanisation des déchets organiques alimentaires, ont été également pris en compte par les professionnels.

 

LYW s’exprime désormais parmi les acteurs reconnus comme VEOLIA, SUEZ, mais aussi plus spécialisés dans le bio-déchets et les HAU, comme BIONERVAL.
La présence au premier rang des représentants de l’ADEME et de la région Ile de France, ainsi que des directions techniques régionales (DRIEE, DRIAAF) des ministères concernés par la filière, est également un gage de la respectabilité que LYW a su acquérir au fil des mois.

A nous de conquérir 2017

Lien vers le programme de la journée

                                                                                       

 

On parle de nous sur PolitiquesEnergetiques.com

Sans titre

Incubateur Greentech : à la rencontre de start-up engagées pour l’environnement

L’équipe de PolitiquesEnergetiques s’est rendue dans l’incubateur Greentech de Champs-sur-Marne et est allé à la rencontre des start-up qui y sont hébergées. A quoi sert l’incubateur ? Quels bénéfices pour les start-up ?

Découvrez- le dans cette vidéo avec en guest star un(e) des fondateurs de l’équipe

 

Lire la suite de l’article ici

Voir l’ensemble des retombées presse ici

GreenNewsTechno parle de nous

GT

Les nouvelles recrues jeunes pousses GreenTech verte

A l’occasion de notre incubation en tant que startup GreenTech, GreenNews revient sur chaque projet des lauréats à travers leur coeur de métier. Ils notent une attention particulière pour les biodéchets, en adéquation avec une problématique en croissance sur le marché.

Nous sommes ravis d’avoir été séléctionnés avec d’autres projets cousins :

  • Enerpro – société spécialisée dans la conception et réalisation d’unité de micro-méthanisation
  • Tributerre – Acteur de l’économie circulaire qui accompagne l’évolution de votre entreprise/territoire vers l’économie circulaire et qui développe une filière citoyenne de gestion des biodéchets.

Suite de l’article ici

Voir l’ensemble des retombées presse ici